Le Banquet des pauvres...

Doigts nus

Chers visiteurs de la BSV,

J'espère que vous ne vous êtes pas faits embarquer dans le tourbillon du temps des "préparatifs de Noël"... Préparer, acheter, organiser, choisir, s'inquiéter, douter, appréhender, se questionner, etc. Est-ce cela "Noël" ? Sommes-nous obligés de vouloir "vibrer" ? De désirer que "tout soit parfait" ? De faire un Noël "chic", ou un Noël "choc", ou un Noël "vintage", ou "mode" ou "cocoon" ? De vouloir "choisir notre Noël" ?...

Halte à la dictature du caprice !! Bien sûr, chacun est libre, mais permettez-moi de vous souhaiter un Noël simple, un Noël libre et non pas court-circuité par tous les "je veux" de tout le monde... Un Noël dépouillé du superflu pour revenir à l'humain, le basique, le trivial, le chaleureux, le vital... humain. Oui d'accord, me direz-vous, mais comment faire ?

Première donnée incontournable pour la plupart d'entre nous qui ont la chance d'en avoir une : la famille, bien sûr ! Et là, souvent, les choses s'organisent de façon assez rituelle, selon les us et coutumes de chaque clan... Du bonheur en vue, oui, on l'espère et on y croit, mais aussi très souvent des appréhensions, frustrations et préparations parfois fébriles, qui ôtent un peu de la "magie" de ce temps très particulier de l'année. Car la famille est le lieu des plus grandes joies, mais aussi, forcément, des plus grandes blessures, jamais vraiment totalement cicatrisées...

Mon idée pour éviter la déception de ne pas pouvoir vivre Noël comme on le voudrait vraiment : avant tout, écouter nos désirs et nos besoins profonds, et pourquoi pas, fêter Noël... plusieurs fois !!

N'y a-t-il pas, autour de vous, certains de vos amis qui se retrouveront peut-être seuls à Noël (et oui, ça existe en 2014, et comment !), ou dont les situations familiales sont si douloureuses que la Joie ne sera pas vraiment de la partie cette année encore... Et pourquoi ne pas inviter tous ces coeurs en peine - ou ne serait-ce que l'un d'entre eux - à passer ensemble un petit Noël tout simple, fait de pure affection humaine ? Quelques tout petits cadeaux, un repas on ne peut plus facile (agrémenté de mini-surprises enfantines)... et l'Esprit de Noël fera le reste !

A vous donc d'écouter les cris silencieux des coeurs solitaires, et, comme le propose Jésus dans l'Evangile, d'inviter les "boiteux", "paralysés", "pauvres des chemins", au banquet de l'Amitié, où la Joie ne fait jamais défaut ! Vous passerez, j'en suis presque sûre, un des plus beaux Noël de votre vie, et vous découvrirez où se trouvent les vraies richesses : dans le coeur des "pauvres", que nous sommes tous, et chacun à notre manière...

Alors les préparatifs prennent une autre tournure, et le coeur s'ouvre, ne le sentez-vous pas déjà ?... Sourire

Rendez-vous sur ce blog au début de l'Avent (qui commence cette année le dimanche 30 novembre), et je vous raconterai d'autres belles choses...

D'ici là, prenez bien soin de vous et de ceux qui vous entourent,

Estelle*.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau